On Sabotage and Arson Attacks in Europe

| 0 comments

by Paris sous Tension n°10 (juillet/août 2017) / Attaque
translated by Earth First! Journal
If silence is frightening, it is perhaps because the absence of familiar sounds tends to reject us on ourselves. When we advance in the silent darkness, it is not uncommon for us to speak to ourselves, to whistle a little refrain, to think out loud not to find ourselves a prey to the anguish. This is not easy and may even require some exercise, as our brains have been conditioned to identify silence with danger, darkness with risk. It is the anguish that the emptiness provokes, the feeling of being on the edge of the abyss and not being able to turn our eyes away from the abyss that opens before us. Yet it is also at such times that one tends to be closer to oneself, without an intermediary, with a presence of mind and emotion much more assertive.
It is difficult to find silence or obscurity in the modern world. Industrial noises always accompany us, the devices emit their electronic sounds permanently, and if not, there is almost always one to fill the void with gossip as impenetrable as superficial. Today, the fear of the void, the anguish of silence is sublimated by permanent connectivity. Never alone, never in silence, never before the abyss. And so, never face to face with ourselves. Calls and voices from the “inside,” the whole universe of imagination, consciousness, sensitivity, reflection, are rendered mute, ignored, flattened and replaced by the continuous bombardment of information, E-mails, appointments, consumer warnings, and reminders. Thus, the modern world is completing the inner universe of the individual.

With the annihilated interior, the human being will find himself in ideal conditions to accept slavery, even to embrace slavery without even having the ability to understand the state in which he is: Caught in the web.

All this is certainly not new. The history of oppression did not start with the smartphone. Not so long ago, the conditioning of the human spirit was done mainly through a galaxy of camps. The factory camp, the education camp that is the school, the control camp that is the family authority and the places of worship. Nevertheless, despite the threads woven between all these structures of domination, there was still, relatively speaking, a lot of emptiness. And this void was going to fuel the revolt in the camps, and vice versa. The prisoner who is mutinous has, nevertheless, his eyes riveted on the horizon beyond the walls, it does not matter if his imagination of this horizon can please us or not. Although the camps of all types have certainly not disappeared, the ongoing capitalist and state restructuring, notably through the increasingly widespread introduction of technology, is aimed, beyond increased exploitation and control, more totalitarian, to the elimination of all emptiness. The adage of permanent connectivity is at the heart of this deadly symphony. Connected, we are always a bit at work, a little in family, a little in the supermarket, a little at the concert. Connected, one is always exposed to the injunctions of power, to the summons to consume, to the eyes of the control. We are entirely at the disposal of capital, we are the slaves who wear invisible collars.
Someone said that if the society is an open-air prison, the modern cells must be these antennas and communications relays that contrast everywhere with the blue sky, and the barbed wire optic fibers and electrical cables. Indeed, for those who dream of stopping the reproduction of domination, it seems to be paramount that they can look elsewhere and otherwise. It is not that the local police station should no longer attract the attention of the enemy of authority, or that the window of the bank would not deserve to be smashed, or that the court should not receive [what it deserves], but it is also true that domination has spread over the territory a vast number of relatively small and unprotected structures, of which more and more, if not almost everything, depend. It is in these little things that the invisible web which encloses us and which allows the restructuring of capital and of the State materializes. It is there that the arteries of domination which irrigate the exploitation and oppression can be attacked; this is where technological prostheses and their enslaved chatter can be silenced.
This is what happened when a fire destroyed the technical installations and cables of France 3, on April 21, 2017 in Vanves (Hauts-Seines), disrupting emissions. This is what happened when anonymous hands cut an Orange telephone cable in Morbihan on May 4, fifteen minutes before the presidential debate, depriving thousands of viewers and hundreds of companies of their connectivity. This is what happened on Monte Finonchio in Trentino, Italy, when in solidarity with imprisoned anarchists, several relays and cabins for radio, television, mobile telephony and military communication Were destroyed by fire on 7 June, the day after the conviction of an anarchist companion for a bank robbery by the court of Aachen in Germany. This happened on 12 June in Hamburg, where a subway station was set on fire. This is what happened a few days later when night owls burned a television transmitter and a mobile phone antenna in Piégros-la-Clastre in the Drôme on 15 June, and later stated that “the pylons Which grow everywhere are sensitive and vulnerable points because they are points of concentration of flow and because it suffices a few liters of gasoline to seriously damage them. “And on June 23, it is in Vilvoorde in Belgium that a relay antenna is destroyed by a voluntary fire.
These few examples, probably far from exhaustive and all drawn from the last few weeks, show that everywhere, the cut is possible. It must also be said that, unlike the authoritarian who can only conceive of the world’s upheaval through the taking of the temples of power and the management of large masses, a sort of impossible symmetry with a much better equipped enemy, We anarchists emphasize the agility of small groups, the capacity of the individual, the spread of hostilities rather than their centralization, inter-individual relations of reciprocity, trust and knowledge. Such a way of organizing seems to us much more interesting to attack the ever more tentacular enemy, dependent on the interconnection between all its structures. Faced with the spread of a vast number of small transmission structures on the territory, nothing is more appropriate than a myriad of small groups, acting autonomously, able to co-ordinate with each other when this makes sense, practicing the old art of sabotage against the arteries of power. In the silence they impose on machines, in the perturbation they inflict on the “real time” of domination, we will find ourselves face to face with ourselves. And this is an unavoidable condition for a practice of freedom.
***FRENCH***
Si le silence fait peur, c’est peut-être parce que l’absence de bruits familiers tend à nous rejeter sur nous-mêmes. Quand on avance dans l’obscurité silencieuse, il n’est pas rare qu’on se parle à nous-mêmes, qu’on siffle un petit refrain, qu’on réfléchisse à haute voix pour ne pas se retrouver en proie à l’angoisse. Cela n’est pas facile et peut même exiger un peu d’exercice, car nos cerveaux ont été conditionnés pour identifier silence avec danger, obscurité avec risque. C’est l’angoisse que provoque le vide, le sentiment de se trouver au bord de l’abîme et de ne pas être capable de détourner les yeux du gouffre qui s’ouvre devant nous. Pourtant, ce sont aussi à ces moments-là qu’on a tendance à se trouver au plus près de soi-même, sans intermédiaire, avec une présence de l’esprit et de l’émotion bien plus affirmée.
Difficile de trouver encore du silence ou de l’obscurité dans le monde moderne. Les bruits industriels nous accompagnent toujours, les appareils émettent en permanence leurs sons électroniques, et sinon il y en a presque toujours un pour remplir le vide avec des bavardages aussi imbuvables que superficiels. Aujourd’hui, la peur du vide, l’angoisse du silence est entre autres sublimée par la connectivité permanente. Jamais seul, jamais en silence, jamais devant l’abîme. Et donc, jamais face à face avec nous-mêmes. Les appels et les voix de « l’intérieur », tout cet univers que constituent l’imagination, la conscience, la sensibilité, la réflexion, sont rendus muets, ignorés, aplatis et remplacés par le bombardement continu d’informations, de bruits, de messages électroniques, de rendez-vous, de sommations à la consommation, de rappels à l’ordre. Ainsi, le monde moderne est en train d’achever l’univers intérieur de l’individu. Avec l’intérieur anéanti, l’être humain va se retrouver dans des conditions idéales pour accepter l’esclavage, voire pour embrasser l’esclavage sans même disposer de capacités de compréhension de l’état dans lequel il se trouve. Pris dans la toile.
Tout cela n’est certes pas nouveau. L’histoire de l’oppression n’a pas commencé avec le smartphone. Il n’y a pas si longtemps, le conditionnement de l’esprit humain se faisait surtout à travers une galaxie de camps. Le camp de travail qu’est l’usine, le camp d’éducation qu’est l’école, le camp de contrôle que sont l’autorité familiale et les lieux de culte. N’empêche que malgré les fils tissés entre toutes ces structures de la domination, il restait encore, relativement parlant, beaucoup de vide. Et ce vide allait alimenter la révolte dans les camps, et inversement. Le prisonnier qui se mutine a, malgré tout, les yeux rivés sur l’horizon au-delà des murs, peu importe si son imaginaire de cet horizon peut nous plaire ou pas. Si les camps de tout type n’ont certes pas disparu, la restructuration capitaliste et étatique en cours, notamment à travers l’implantation toujours plus vaste de technologies, vise, au-delà d’une exploitation plus accrue et d’un contrôle encore plus totalitaire, à l’élimination de tout vide. L’adage de la connectivité permanente est au cœur de cette symphonie mortifère. Connecté, on est toujours un peu au boulot, un peu en famille, un peu au supermarché, un peu au concert. Relié, on est toujours exposé aux injonctions du pouvoir, aux sommations de consommer, aux yeux du contrôle. Nous sommes entièrement à disposition du capital, nous sommes les esclaves qui portent des colliers invisibles.
Quelqu’un disait que si la société est une prison à ciel ouvert, les guérites modernes doivent bien être ces antennes et relais de communication qui contrastent partout avec le ciel bleu, et les barbelés les fibres optiques et les câbles électriques. En effet, pour celles et ceux qui rêvent d’enrayer la reproduction de la domination, il semble être primordial qu’ils et elles arrivent à regarder ailleurs et autrement. Ce n’est pas que le commissariat du coin ne devrait plus attirer l’attention de l’ennemi de l’autorité, ou que la vitrine de la banque ne mériterait pas d’être fracassée, ou que le tribunal ne devrait pas recevoir des visites enragées, mais c’est aussi vrai que la domination a diffusé sur le territoire une vaste quantité de structures relativement petites et peu protégées dont toujours plus de choses, pour ne pas dire presque tout, dépendent. C’est dans ces petites choses que la toile invisible qui nous enferme et qui permet la restructuration du capital et de l’État se matérialisent. C’est là que peuvent être attaquées les artères de la domination qui irriguent les chmps de l’exploitation et de l’oppression ; c’est là que peuvent être réduites au silence les prothèses technologiques et leurs bavardages asservissants.
C’est ce qui s’est passé quand un feu a détruit les installations techniques et les câbles de France 3, le 21 avril 2017 à Vanves (Hauts-les-Seines), perturbant les émissions. C’est ce qui s’est passé quand des mains anonymes ont coupé un câble téléphonique Orange dans le Morbihan, le 4 mai, quinze minutes avant le débat présidentiel, privant des milliers de téléspectateurs et des centaines d’entreprises de leur connectivité. C’est ce qui s’est passé sur le Monte Finonchio dans le Trentin en Italie quand en solidarité avec des anarchistes emprisonnés, plusieurs relais et cabines de gestion de la radio, de la télévision, de la téléphonie mobile et de la communication militaire ont été détruits par le feu le 7 juin, le lendemain de la condamnation d’une compagnonne anarchiste pour un braquage de banque par le tribunal d’Aix-la-Chapelle en Allemagne. C’est ce qui s’est passé le 12 juin à Hambourg où une antenne-relais du métro a été incendiée. C’est ce qui s’est encore passé quelques jours plus tard quand des noctambules ont brûlé un émetteur de télévision et une antenne de téléphonie mobile à Piégros-la-Clastre dans la Drôme le 15 juin, précisant par la suite que « les pylônes qui poussent un peu partout sont des points névralgiques et vulnérables parce que ce sont des points de concentration des flux et parce qu’il suffit de quelques litres d’essence pour les endommager gravement. » Et, le 23 juin, c’est à Vilvorde en Belgique qu’une antenne-relais est détruite par un incendie volontaire.
Ces quelques exemples, sans doute loin d’être exhaustifs et tous tirés des dernières semaines, montrent qu’un peu partout, la coupure est possible. Il faut dire aussi qu’à l’inverse des autoritaires qui ne peuvent concevoir le bouleversement du monde qu’à travers la prise des temples du pouvoir et la gestion de masses importantes, en une sorte de symétrie impossible avec un ennemi bien mieux équipé, nous, anarchistes, mettons en avant l’agilité de petits groupes, les capacités de l’individu, la diffusion des hostilités plutôt que leur centralisation, des rapports interindividuels de réciprocité, de confiance et de connaissance. Une telle manière de s’organiser nous paraît bien plus intéressante pour attaquer l’ennemi toujours plus tentaculaire et dépendant de l’interconnexion entre toutes ses structures. Face à la dissémination sur le territoire d’une vaste quantité de petites structures de transmission, rien n’est plus adapté qu’une myriade de petits groupes, agissant en autonomie, capables de se coordonner entre eux quand cela fait sens, pratiquant de façon diffuse le vieil art du sabotage contre les artères du pouvoir. Dans le silence qu’ils imposent aux machines, dans la perturbation qu’ils infligent au « temps réel » de la domination, on se retrouvera face à face avec nous-mêmes. Et cela est une condition incontournable pour une pratique de la liberté. •

Leave a Reply

Required fields are marked *.